mercredi 27 juin 2012

RUSTY JAMES (Rumble Fish)

                                                 Photo empruntée sur Google, appartenant au site fr.pinterest.com

de Francis Ford Coppola. 1983. U.S.A. 1h34. Avec Matt Dillon, Mickey Rourke, Diane Lane, Dennis Hopper, Diana Scarwid, Vincent Spano, Nicolas Cage, Chris Penn, Laurence Fishburne, William Smith.

Sortie salles France: 15 Février 1984. U.S: 21 Octobre 1983

FILMOGRAPHIE SELECTIVE: Francis Ford Coppola est un réalisateur, producteur et scénariste américain né le 7 Avril 1939. 1963: Dementia 13. 1966: Big Boy. 1968: La Vallée du Bonheur. 1969: Les Gens de la pluie. 1972: Le Parrain. 1974: Conversation Secrète. Le parrain 2. 1979: Apocalypse Now. 1982: Coup de coeur. 1983: Outsiders. Rusty James. 1984: Cotton Club. 1986: Peggy Sue s'est mariée. 1987: Jardins de Pierre. 1988: Tucker. 1989: New-York Stories. 1990: Le Parrain 3. 1992: Dracula. 1996: Jack. 1997: l'Idéaliste. 2007: l'Homme sans âge. 2009: Tetro. 2011: Twixt.


Entrepris la même année que Outsiders et encore adapté d'un roman de Susan Eloise Hinton, Francis Ford Coppola se révèle beaucoup plus ambitieux et personnel avec Rusty James. Fable sur la lassitude, la fuite du temps et l'aliénation existentielle, cette errance fantasmatique de deux frères entravés nous envoûte les sens dans sa mise en scène expérimentale impartie à l'esthétisme baroque. A travers ce tableau dérisoire d'une jeunesse désoeuvrée laminée par l'ennui, le chômage et la démission parentale, Rusty James souhaite devenir le leader des gangs de rues, comme l'était préalablement son frère aîné, Motorcycle, véritable légende urbaine. S'il se révèle vaillant et pugnace, Rusty James ne possède pas l'adresse et l'intelligence de son aîné pour devenir un nouveau chef de bande réputé. Ses infidélités avec sa petite amie, l'absence d'un père alcoolique et la disparition inexpliquée de sa mère l'influencent à se focaliser sur la réputation notoire de son frère, et par la même occasion trouver un sens à sa terne existence. Le hic, c'est que l'ancienne légende des bandes organisées s'est rétractée à renouer avec une vie marginale jallonée de rixes héroïques. Penseur mutique emprisonné dans ses songes les plus autonomes, Motorcyle semble n'avoir d'autre but que de errer dans la petite contrée d'Oklahoma et murmurer à l'oreille de Rusty James que les bagarres de rue finiront par le mener au bout d'une impasse.

                                        

Avec sa bande son musicale décalée, ses bruitages industriels récurrents et sa photographie monocorde, Francis Ford Coppola nous façonne une "fureur de vivre" en mode "élégie existentielle". Sa distribution est d'autant mieux privilégiée du jeu spontané de Matt Dillon épaulé d'un frangin taciturne en la présence de Mickey Rourke, mais aussi d'une pléiade de seconds rôles adéquats (Dennis Hooper en paternel alcoolique déchu, Chris Penn et Nicolas Cage en rebelles vaniteux, ou encore la suave Diane Lane en dulcinée trahie). Rusty James demeure une oeuvre atypique où l'atmosphère irréelle nous insuffle un sentiment d'escapade à travers le profil galvaudé de deux frères esseulés car destitués d'une identité propre. Ce besoin de fuite en avant vers l'immensité d'un océan azur, cette soif de liberté latente exprimée de façon succinct par un Motorcycle méditatif nous distille un poème désenchanté sur la fuite du temps et l'échec personnel. Cette temporalité récursive qui convient de rappeler à nos protagonistes que le passage à l'âge adulte est un cap franchissable si la vocation était de se rattacher à un avenir sociable. Spoil ! En l'occurrence, le parcours à venir de Rusty James pourra peut-être renouer avec l'aspiration sociale après avoir médité sur la disparition d'un être cher... Fin du Spoil.


Un chef-d'oeuvre contemplatif beaucoup plus substantiel et abstrait que son cadet Outsiders auquel le temps ne semble avoir aucune prise sur son aura de fascination indicible. 

La critique d'Outsiders: http://brunomatei.blogspot.fr/2011/11/outsiders-outsiders.html

27.06.12. 3èx
Bruno Matéï

                                     

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire