vendredi 16 mai 2014

OUT OF ORDER... En dérangement. (Abwärts)

                                                                    Photo empruntée sur Google, appartenant au site moviepostershop.com

de Carl Schenkel. 1984. Allemagne. 1h27. Avec Götz George, Wolfgang Kieling, Hannes Jaenicke, Kurt Raab, Jan Groth, Claus Wennemann, Ralph Richter, Renée Soutendjik, Ekmekyemez Fierdevs.

Sortie salles France: 23 Janvier 1985 (13 Février 1985 selon d'autres sources)

FILMOGRAPHIE SELECTIVE: Carl Schenkel est un réalisateur et scénariste allemand, né le 8 Mai 1948 à Berne, Switzerland, décédé le 1er Décembre 2003 à Los Angeles, Californie, USA.
1979: Graf Dracula in Oberbayern. 1981: Kalt wie Eis. 1984: Out of Order. 1992: Face à face. 1995: Terror Clinic. 1998: Tarzan et la cité perdue. 2001: Le crime de l'Orient Express (télé-film).


Sorti un an après l'Ascenseur de Dick Maas, Out of Order exploite le même décor restreint mais en l'étalant sur une durée d'1h30 et sans l'argument fantastique. Le pitch: Un couple, un comptable et un jeune marginal se retrouvent coincés dans un ascenseur le temps d'une soirée. L'alarme n'étant pas déclenchée et ne voyant pas les secours arriver, deux d'entre eux décident de grimper au dessus de la cage pour accéder au périmètre des câbles. Rapidement, les esprits vont s'échauffer quand bien même leur situation de survie s'avère de plus en plus alarmiste. C'est une forme de pari Hitchcockien que s'est lancé le cinéaste allemand Carl Schenkel avec ce huis-clos intense jouant autant sur la claustrophobie de son unique décor que sur la rivalité psychologique des protagonistes. En particulier celui de deux individus de milieu social opposé, un publicitaire et un chômeur n'ayant de cesse de se provoquer verbalement afin d'imposer leur mainmise. L'ancienne maîtresse du pubard est également à l'origine de leur discorde puisque facilement attendrie par l'autorité rebelle du jeune délinquant. La jalousie, la rancoeur et le sentiment de supériorité seront donc les vecteurs pour les deux adversaires à se combattre moralement et physiquement jusqu'à ce qu'un incident capital ne vienne dramatiser la situation de claustration.


En prime, et pour pimenter l'intrigue, le témoin le plus discret, un comptable sexagénaire, possède une étrange mallette attisant inévitablement la curiosité de ces camarades ! Hormis la facilité à laquelle ils décident (trop) rapidement d'investir le périmètre technique, Carl Schenkel réussit à insuffler un suspense constamment haletant à travers leur confrontation machiste et leur bravoure à escalader les câbles de l'ascenseur pour tenter de rejoindre une issue de secours. L'exploration de ce long couloir de cordages électriques offrant des moments intenses de haut le coeur pour le spectateur apte au vertige ! Qui plus est, la prestation solide des comédiens et leur caractère bien trempé permettent notamment de maintenir l'intérêt de par leur esprit de désinvolture mais aussi leur hypocrisie à se rejeter la faute l'un sur l'autre (ils sont incapables de distinguer la bonne foi de l'accusé mis en cause !). Enfin, pour sa dernière partie, le réalisateur intensifie sa progression dramatique et l'action encourue lors d'une tentative de secours des plus vertigineuses ! Et de clore cette séquestration sur une note bougrement amorale si bien que la cupidité aura une fois de plus corrompu chacun des protagonistes !


En dépit de quelques facilités et défauts de réalisation, Out of Order demeure un palpitant thriller à suspense jalonné de rebondissements et exploitant à bon escient son unique décor photogénique. Pour parachever, sa galerie de personnages impudents, toujours plus confrontés au stress et à la paranoïa, prouve à nouveau qu'en situation de péril, l'homme ne peut finalement compter que sur son estime afin de remporter la mise. Mais à quel prix ?

Bruno 
4èx

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire