mercredi 9 septembre 2015

SEA FOG

                                              
                                                                                Photo empruntée sur Google, appartenant au site twitter.com

"Haemoo" de Shim Sung-bo. 2014. Corée du Sud. 1h56. Avec Kim Yoon-seok, Park Yoo-chun, Han Ye-ri.

Sortie salles France: 1er Avril 2015. Corée du Sud: 13 Août 2014

FILMOGRAPHIE:  Shim Sung-bo est un scénariste (Memories of Murder, 2003) et réalisateur sud-coréen. 2014: Sea Fog.


Première réalisation de Shim Sung-ho, scénariste de Memories or murder, Sea Fog aborde le thème (on ne peut plus actuel !) de la situation des migrants à travers un périple maritime en perdition. Le film, sans concession par son climat aussi malsain qu'étouffant, provoque d'autant plus le malaise qu'il s'inspire d'une histoire vraie ! Parce qu'il est sur le point de perdre son emploi, un capitaine propose à son équipage d'accepter d'embarquer des migrants chinois en toute illégalité. Par la cause d'une défaillance technique, leur transaction converge à une impitoyable descente aux enfers. 


Introspection au coeur de la turpitude humaine, épreuve de force morale pour la survie, jeu de massacre entre un équipage cupide corrompu par leurs bas instincts de dernier ressort, Sea Fog est un drame horrifique d'une intensité éprouvante. De par le réalisme sordide alloué à la déchéance d'une équipe de prolétaires contraints d'enfreindre la loi afin de préserver leur précarité professionnelle, Shim Sung-ho insuffle un malaise toujours plus tangible au fil de leur dérive meurtrière en chute libre. Ce dernier prenant soin de structurer une intrigue machiavélique autour de leurs exactions où chacun des membres de l'équipage ne comptera finalement que sur leur libre arbitre afin de rester en vie et fuir leur responsabilité. Outre le portrait méprisable alloué à la nature humaine, la force de l'intrigue résidant également dans la tension d'une progression de suspense quant à la situation alarmiste octroyée à une clandestine planquée sous la salle des machines. En filigrane, et avec une pudeur sensible aussi lyrique que bouleversante, le cinéaste prenant soin de nous attacher à la survie de cette candide rescapée éprise d'affection pour un jeune matelot. Autour de leur faible enjeu de survie où l'injustice des règlements de compte s'avère toujours plus abrupt, l'intrigue converge vers une tournure dramatique au dénouement indécis. A savoir si la rédemption amoureuse pourrait vaincre la mort et parvenir à leur faire oublier l'expérience traumatique.


Drame horrifique jusqu'au-boutiste sur fond de romance à l'humanisme affligé, Sea Fog empreinte le canevas de l'oeuvre choc sans misérabilisme ni complaisance. Shim Sung-ho illustrant âprement un constat aussi édifiant que pessimiste sur la nature humaine lorsque l'homme est contraint de transgresser la loi pour l'unique enjeu de sa survie. A travers ce périple morbide où la fonction des immigrants n'est qu'un bénéfice de gain, le cinéaste pointe du doigt l'irresponsabilité des passeurs à oser braver risques et préjudice. Une épreuve d'autant plus bouleversante pour la réalité sociale de son thème d'actualité que Shim Sung-ho dépeint scrupuleusement avec une sensibilité sans échappatoire. 

Dédicace à Cid Orlandu et Jean Marc Micciche.
Bruno Matéï

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire