vendredi 12 février 2016

LES DENTS DE LA MER, 2E PARTIE

                                                                    Photo empruntée sur Google, appartenant au site fan-de-cinema.com

"Jaws 2" de Jeannot Szwarc. 1978. U.S.A. 1h56. Avec Roy Scheider, Lorraine Gary, Murray Hamilton, Joseph Mascolo, Jeffrey Kramer, Ann Dusenberry, Mark Gruner, Collin Wilcox Paxton, Barry Coe, Susan French.

Sortie en salles aux USA: 16 Juin 1978

FILMOGRAPHIE: Jeannot Szwarc est un réalisateur français, né le 21 Novembre 1939 à Paris.
1973: Columbo: adorable mais dangereuse. 1975: Les Insectes de Feu. 1978: Les Dents de la Mer 2.
1980: Quelque part dans le temps. 1983: Enigma. 1984: Supergirl. 1985: Santa Claus. 1987: Grand Larceny. 1988: Honor Bound. 1990: Passez une bonne nuit. 1991: La Montagne de Diamants. 1994: La Vengeance d'une blonde. 1996: Hercule et Sherlock. 1997: Les Soeurs Soleil.


Trois ans après le chef-d'oeuvre matriciel Les Dents de la Mer, c'est au réalisateur français Jeannot Szwarc que convient la difficile tâche de façonner une suite au succès planétaire de Steven Spielberg. Spectacle ludique conçu sur une violence belliqueuse, le cinéaste mise avant tout sur la surenchère afin de secouer le spectateur embarqué dans un survival à bout de souffle ! Quelques années après les horribles évènements survenus à la station balnéaire d'Amity, le cauchemar reprend lorsque deux plongeurs disparaissent dans l'océan. C'est ensuite une skieuse nautique et la conductrice du hors bord de faire les frais de la nouvelle attaque. Alors qu'un appareil photo et un yacht sont retrouvés à l'entrée du port, le shérif Brody sème la panique sur la plage, croyant percevoir l'animal à proximité des baigneurs. Dès le prologue, Jeannot Szwarc prend le parti de nous dévoiler l'apparence hostile du squale fonçant droit vers deux plongeurs partis explorer l'épave de l'Orca. Là où Spielberg entretenait l'expectative visuelle du requin durant 45 mns, cette suite nous le dévoile furtivement afin de privilégier un rythme plus haletant comme le démontre notamment la seconde provocation coûtant la vie à deux skieurs nautiques en 20 minutes de métrage. Une estocade d'une violence doublement fulgurante quant au sort réservé à la conductrice du hors bord.


Hormis le peu d'indices laissés sur les scènes de crime, le shérif Brody suspecte rapidement qu'un nouveau requin est à l'origine des méfaits. C'est sur la plage d'Amity que notre héros traumatisé par son ancienne confrontation se laisse à nouveau gagner par sa paranoïa en semant la panique auprès des baigneurs. Une scène assez ironique dans sa situation éculée car aujourd'hui fondée sur le simulacre, de par le comportement erratique de Brody persuadé qu'un requin est sur le point de parfaire un nouveau carnage. La seconde partie beaucoup plus rythmée et rigoureuse s'attelle ensuite aux vicissitudes d'une poignée d'adolescents insouciants partis faire de la voile avec les fils de Brody, quand bien même le requin ne cessera de les narguer avant l'intervention martial du shérif ! Avec une belle efficacité, Jeannot Swarc multiplie les affrontements dantesques entre les survivants et l'animal au profit d'une intensité dramatique sans répit. Les adolescents tentant désespérément de protéger leurs compagnes en émoi face à l'hypocrisie du requin redoublant ses stratégies meurtrières. Le réalisateur jouant notamment avec sagacité sur l'apparition furtive de son aileron afin de susciter au spectateur un sentiment anxiogène. Sardonique, Jeannot Swarc n'hésite pas non plus à nous concocter des séquences horrifiques assez cruelles (deux ados y trinquent), voires parfois même disproportionnées, à l'instar de cette séquence improbable lorsque le requin va agripper de sa mâchoire la membrane d'un aéronef pour entraîner le pilote au fond de l'océan. Un moment débridé d'un réalisme assez saisissant ! Face au charisme délétère du requin, les effets spéciaux artisanaux s'avèrent parfaitement crédibles afin de l'authentifier, sans lésiner parfois sur les cascades la pyrotechnie comme le soulignent la scène de l'hélico citée plus haut et son dénouement explosif.


Solidement réalisé et charpenté afin de transcender une seconde partie beaucoup plus haletante et implacable, Les Dents de la Mer, 2è partie constitue une excellente suite par son concentré de terreur et d'action échevelées. Hormis la psychologie stérile des protagonistes juvéniles, l'intrigue annexe impartie au contexte de survie insuffle un suspense vigoureux avec une émotion parfois cruelle. Enfin, l'icone monstrueuse, plus teigneuse et meurtrière que jamais, ainsi que la nouvelle participation du vétéran Roy Scheider renforcent la dimension homérique de ce slasher aquatique autrement plus farouche qu'en 75.

La Chronique des Dents de la mer: http://brunomatei.blogspot.fr/2012/08/les-dents-de-la-mer-jaws.html

12.02.16.
14.09.11. (221 v)
5èx
B.M

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire