lundi 27 juin 2016

FROGS

  
                                                                                 Photo empruntée sur Google, appartenant au site Imdb.com

de George Mc Cowan. 1972. U.S.A. 1h32. Avec Ray Milland, Sam Elliott, Joan Van Ark, Adam Roarke, Judy Pace, Lynn Borden, Mar Mercer, David Gilliam.

Sortie salles France: 2 Octobre 1974. U.S: 10 Mars 1972

FILMOGRAPHIE PARTIELLE: George Mc Cowan est un réalisateur canadien né le 27 Juin 1927, décédé le 1er Novembre 1995. 1971: Face-Off. 1972: Frogs. 1972: La Chevauchée des 7 mercenaires. 1974: The Inbreaker. 1974: To kill the King. 1976: Shadow of the Hawk. 1979: Alerte dans le cosmos. 1990: Sanity clause (télé-film).


Série B horrifique réalisée par un artisan de séries TV (l'île Fantastique, Drôle de dames, Shannon, l'Homme à l'orchidée, Starsky et Hutch, Cannon, les Envahisseurs, etc...), Frogs emprunte la thématique des animaux meurtriers sous couvert de manifeste anti-pollution (les pesticides employées ici à outrance par un riche propriétaire). D'une simplicité narrative, de riches résidents d'une bâtisse insulaire sont agressés par des animaux à proximité de leurs étangs et de la forêt. Un journaliste écolo tente de leur prêter main forte malgré l'intransigeance du patriarche à ne pas céder à l'affolement. Avec son affiche cartoonesque aussi grotesque que pittoresque, Frogs cultive l'esprit Bis d'un nanar ricain assez fallacieux. Dans le sens où malgré leur omniprésence à l'écran (croassement rébarbatif à l'appui !), ni grenouilles ni crapauds éprouvent une pulsion meurtrière si on excepte la dernière scène lorsqu'ils se réunissent en masse pour provoquer une attaque cardiaque chez le propriétaire.


Outre cet écart de conduite, nos batraciens occupent leur temps à observer inlassablement les exactions meurtrières de leurs congénères. A savoir, serpents, lézards, crocodiles et volatiles communément complices pour se venger de la morale irrévérencieuse de l'homme. Si l'intrigue sans surprises tourne à vide et que la direction d'acteurs laisse à désirer (notamment lorsque ces derniers  récitent leurs dialogues de manière théâtrale), les séquences chocs qui empiètent le récit font preuve d'une certaine vigueur dans la mise à mort des personnages. Non pas que le cinéaste ne cède aux effusions de sang mais qu'il insiste à décrire de manière documentée l'agonie cruelle des victimes lorsqu'elles sont sauvagement prise à parti avec les reptiles. En prime, le cadre insécuritaire de l'environnement naturel dans lequel évoluent les animaux insuffle un climat hostile assez envoûtant (bande-son dissonante à l'appui). Si d'autres attaques chocs sombrent parfois dans le ridicule, faute du comportement incohérent ou ridicule des protagonistes (une des victimes s'efforçant maladroitement de se défendre contre un alligator au sein d'un étang, une autre se vautrant bêtement dans une fumée toxique au lieu de s'en écarter !), les animaux charismatiques, car bien réels, provoquent une répulsion viscérale prégnante !


Série B mineure à la réalisation stérile et à la distribution timorée (même Ray Milland nous offre le minimum syndical dans sa prestance patriarcale) mais néanmoins rehaussée d'un climat anxiogène souvent inquiétant, Frogs constitue un sympathique divertissement pour les amateurs de relique bisseuse. 

27.06.16
10.03.10
4èx








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire