mardi 14 juin 2016

SATURN 3

                                                         Photo empruntée sur Google, appartenant au site saturn3makingof.com

de Stanley Donen. 1980. Angleterre. 1h28. Avec Farrah Fawcett, Kirk Douglas, Harvey Keitel, Ed Bishop, Roy Dotrice.

Sortie salles France: 28 Mai 1980. U.S: 15 Février 1980.

FILMOGRAPHIE: Stanley Donen est un réalisateur américain, né le 13 avril 1924 à Columbia (Caroline du Sud).1949 : Un jour à New York (On the Town)
1951 : Mariage royal. 1952 : Love Is Better Than Ever. 1952 : Chantons sous la pluie . 1952 : L'Intrépide. 1954 : Donnez-lui une chance. 1954 : Les Sept Femmes de Barbe-Rousse. 1954 : Au fond de mon cœur. 1955 : Beau fixe sur New York. 1955 : Kismet (non-credité au générique). 1957 : Drôle de frimousse. 1957 : Pique-nique en pyjama. 1957 : Embrasse-la pour moi. 1958 : Indiscret. 1958 : Cette satanée Lola. 1960 : Chérie recommençons. 1960 : Un cadeau pour le patron. 1960 : Ailleurs l'herbe est plus verte. 1963 : Charade. 1966 : Arabesque. 1967 : Voyage à deux. 1967 : Fantasmes. 1969 : L'Escalier. 1974 : Le Petit Prince. 1975 : Les Aventuriers du Lucky Lady. 1978 : Folie Folie. 1980 : Saturn 3. 1984 : La Faute à Rio.


Quand on pense que derrière Saturn 3 se planque le réalisateur de Chantons sous la Pluie, on peine à le croire tant le spectacle kitchissime se confine dans la guignolade. Faute d'une intrigue aussi futile que niaise, du jeu cabotin d'acteurs notoires et de décors futuristes en carton pâte (un comble sachant que John Barry s'avère le décorateur de la Guerre des Etoiles et de Superman et qu'il quitta ici précipitamment la réalisation après seulement 1 semaine de tournage !), Saturn 3 fait office d'ovni saugrenu. A mi-chemin entre l'épigone trivial d'Alien et le précurseur parodique de Terminator. Visez un peu le pitch d'après un concept de John Barry himself ! Un capitaine sans vergogne s'est invité dans la station de recherche écolo de Adam et Axelle afin de tester la technologie d'un androïde téléguidé par transmission de pensée. Bien évidemment, le robot finit par échapper à son contrôle et sème le zouc auprès du duo agronome.


Diffusé un lundi soir dans le cadre de l'émission culte l'Avenir du Futur, Saturn 3 fit son p'tit effet ludique lors de sa diffusion au début des années 80. Aujourd'hui encore, et malgré son caractère terriblement naïf et obsolète, le film parvient à amuser dans son lot de courses poursuites censées susciter l'angoisse depuis que nos deux survivants tentent de contredire l'arrogance d'Hector le robot. Malgré l'aspect redondant d'une narration poussive, Saturn 3 nous tient assez en éveil grâce en priorité à la complicité attachante (et improbable !) que forment Kirk Douglas / Farrah Fawcet. Un couple en étreinte amoureuse que le capitaine James s'efforce de nuire en guise de jalousie. Harvey Keitel incarnant ce rôle indocile avec une gouaille outrancière. Grâce à l'aspect bricolé des effets spéciaux et surtout à la posture extravagante d'Hector, Saturn 3 amuse gentiment la galerie avec une fantaisie parfois débridée. Les déplacements atones de celui-ci provoquant parfois la cocasserie dans sa volonté hostile de nuire à autrui. Le score aux accents horrifiques d'Elmer Bernstein renforçant notamment la dérision involontaire de ces affrontements bellicistes. On appréciera tout de même en guise de cerise sur le gâteau de l'intrusion concise d'effets gores assez réussis (le cadavre déchiqueté par les câbles lors du prologue, une main furtivement sectionnée et la tête humaine implantée sur la tête d'Hector !).


Dans l'espace, Hector est à vos trousses !
Série B fauchée parasitée par sa scénographie anachronique et sa vacuité narrative, Saturn 3 compte sur l'autorité altruiste du vétéran Kirk Douglas, le sex-appeal de Farraw Fawcett et le charisme hiératique d'Hector pour nous divertir timidement. Involontairement loufoque mais aussi parfois rébarbatif, à réserver inévitablement aux passéistes de l'Avenir du Futur... 

1 commentaire:

  1. Tiens, c'est marrant ça! Je l'ai vu tout récemment! Un film qui m'a beaucoup amusé! ^^ Je trouvais quand même que le robot avait quelque chose d'angoissant, peut être son look, je sais pas...

    RépondreSupprimer