mercredi 8 février 2017

TU NE TUERAS POINT

                                                                                 Photo empruntée sur Google, appartenant au site Allocine.fr

"Hacksaw Ridge" de Mel Gibson. 2016. U.S.A. 2h19. Avec Andrew Garfield, Vince Vaughn, Sam Worthington, Teresa Palmer, Hugo Weaving, Luke Bracey, Rachel Griffiths, Nathaniel Buzolic.

Sortie salles France: 9 Novembre 2016. U.S: 4 Novembre 2016

FILMOGRAPHIE: Mel Gibson est un réalisateur, scénariste, acteur et producteur américain, né le 3 Janvier 1956 à Peekskill (Etats-Unis).
1993: l'Homme sans visage. 1995: Braveheart. 2004: La Passion du Christ. 2006: Apocalypto. 2016: Tu ne tueras point.


Abordant pour la première fois de sa carrière le film de guerre, Mel Gibson rivalise de prouesses techniques pour authentifier l'assaut de la 77è division d'infanterie impliquée dans la bataille d'Okinawa. Sans toutefois rivaliser avec l'exploit cinématographique de SpielbergIl faut sauver le soldat Ryan lors de son anthologique débarquement de Normandie, Tu ne tueras point laisse tout de même les mains moites pour la rigueur de son intensité épique impartie aux carnages de masse. Les soldats ricains avançant tête baissée sur l'ennemi japonais avec la même démesure primitive que leurs rivaux ! Explosions de corps déchiquetés ou criblés de balles, jambes arrachées, corps calcinés par les lances-flammes, cadavres en décomposition dévorés par les rats, le théâtre de sang invoqué sous nos yeux fait froid dans le dos pour dénoncer avec un réalisme rigoureux les horreurs d'une guerre sans règles ni limite. Spectacle de folie furieuse donc à la dramaturgie escarpée, Mel Gibson parvient toutefois à éluder la complaisance pour ses scènes immersives d'affronts sanglants filmées caméra à l'épaule si bien qu'on se laisse admirablement berner par le réalisme de ces trucages, à 2/3 imperfections numérisées.


Si la première heure prend son temps à caractériser le profil d'un adventiste délibéré à devenir auxiliaire médical plutôt qu'utiliser le fusil pour sacrifier l'ennemi, c'est pour mieux nous préparer à la crédibilité de son héroïsme surréaliste par le biais de cet objecteur de conscience à la foi inébranlable ! Inscrit dans la légende des héros de guerre notoires, Desmond Doss fait office de figure messianique aux yeux de ses camarades décontenancés par sa vaillance surhumaine alors qu'au préalable il était la risée de ces derniers pour sa lâcheté à refuser l'emploi de la violence au front. Car aussi insensé que cela puisse paraître, et c'est bien là l'intérêt atypique de l'intrigue, Desmond Doss n'est pas un personnage de fiction inventé par Mel Gibson mais bel et bien une figure emblématique de la seconde guerre mondiale ayant servi sa nation avec une bravoure aussi digne que suicidaire. Car ayant évacué plus de 75 blessés de son infanterie lors de la guerre du pacifique, Desmond Doss est devenu un exemple aux yeux de l'Amérique par son parcours singulier d'avoir préservé des vies sans jamais se laisser gagner par une riposte physique. Par le biais de ses séquences à suspense empruntant le schéma du survival, Tu ne tueras point distille peu à peu une atmosphère insolite sous l'impulsion d'une idéologie religieuse littéralement rédemptrice. Les acolytes de Desmond éprouvant une telle admiration devant lui qu'ils se laisseront guider par la spiritualité de ses prières avant d'entamer le dernier assaut au combat. Le message du film manifestant également une réflexion sur la confiance, l'estime de soi et le fatum lorsque l'on est investi d'une conviction personnelle incorrigible nous empêchant de nous laisser guider par la peur.


A feu, à sang et à la sagesse
Fait divers d'exception autour d'un personnage christique habité par un courage singulier de par ses convictions religieuses, Tu ne tueras point illustre avec un réalisme trouble un hymne à la constance et à l'héroïsme au sein d'un contexte belliqueux régi par la folie humaine. L'ironie caustique émanant de ce personnage pacifiste autrefois raillé et conspué par ses pairs mais depuis reconnu comme héros proverbial grâce à son éthique mystique. Un spectacle grandiose et foudroyant qui aide à réfléchir sur notre sens existentiel. 

B-D

2 commentaires:

  1. heureux de revoir Mel Gibson de retour derrière la caméra. lui qui m'a le plus bluffé ces dernières années avec des films comme Braveheart (ca date un peu) ou Apocalypto (quel film!!).

    RépondreSupprimer
  2. Sans compter le bouleversant La Passion du Christ et l'excellent Homme sans visage !

    RépondreSupprimer