mardi 23 mai 2017

GRAVE. Grand Prix, Gerardmer 2017

                                                               Photo empruntée sur Google, appartenant au site Allocine.fr

"Raw" de Julia Ducournau. 2016. France. 1h38. Avec Garance Marillier, Ella Rumpf, Rabah Naït Oufella, Joana Preiss, Laurent Lucas, Marion Vernoux

Sortie salles France: 15 Mars 2017 (Interdit aux - de 16 ans). U.S: 10 Mars 2017 (Int - de 17 ans).

FILMOGRAPHIE: Julia Ducournau est une réalisatrice et scénariste française née le 18 novembre 1983 à Paris. 2011 : Mange (téléfilm co-réalisé avec Virgile Bramly). 2016 : Grave


Nouvel électro-choc à la réputation sulfureuse (évanouissements de spectateurs à Toronto et à Los Angeles, distribution de sacs à vomi dans certaines salles, interdiction aux - de 18 ans en Irlande, en Norvège et en Grande-Bretagne), Grave est un objet de scandale que notre pays hexagonal s'est une fois de plus imposer dans un parti-pris gore. Partagé entre une répulsion viscérale me provoquant à moult reprises une nausée (sous-jacente) et une irrésistible fascination pour les portraits morbides impartis aux deux adolescentes, Grave aborde les thèmes du bizutage, de l'éveil sexuel, du végétarisme et du cannibalisme avec une originalité incongrue. Esthétiquement soigné et stylisé et nanti d'une ambiance malsaine à l'acuité envoûtante, l'intrigue suit le parcours de Justine au sein d'une école vétérinaire de Belgique. Issue d'une famille végétarienne, elle est contrainte lors d'un bizutage d'avaler un morceau de viande. De prime abord révulsée par son exploit et éprise de nausée, elle finit pour autant par prendre goût à la chair au point d'en devenir addict comme tout bon consommateur carné. 


Descente aux enfers vertigineuse de deux adolescentes en proie à des pulsions cannibales incontrôlées, Grave s'avère diablement inventif et viscéralement émotif quant à son cheminement narratif truffé de revirements fortuits. Si bien qu'étonnement et stupeur se jumellent régulièrement afin de provoquer nos sentiments les plus vulnérables, la réalisatrice attisant autant notre curiosité et notre perplexité avec une diabolique alchimie. Outre la subtile pudeur qu'elle emploie pour brosser le portrait singulier d'une jeune ado chrysalide, car partagée entre l'éveil sexuel, le besoin de s'affirmer et le goût pour la chair, Grave aborde l'insatiabilité de ces sentiments matures sans jamais se complaire dans une complaisance putassière. Une gageure quand on se remémore son florilège de séquences extrêmes toutes plus provocantes les unes que les autres mais pour autant palliées d'une poésie macabre teintée de sensualité. Par sa mise en scène auteurisante et expérimentale abordant en filigrane la dictature du bizutage, Julia Ducournau y transfigure une satire sur le végétarisme sous l'impulsion du plaisir corporel. Celui du goût immodéré pour le sexe et la viande si bien que le corps virginal en mutation atteint ici des sommets d'orgasme lors de ses pulsions les plus outrancières. La sexualité (hétéro ou homo) et le cannibalisme ne cessant de télescoper afin de provoquer notamment chez le spectateur une confusion des sens gustatifs et olfactifs jusqu'au malaise viscéral.


Parents
Beau, étonnamment épuré et parfois touchant, gore et sarcastique sous le pilier d'une narration iconoclaste habilement réinventée, Grave constitue une brillante réussite d'horreur à la française d'autant plus immersive et ensorcelante sous l'impulsion de jeunes comédiennes épatantes de spontanéité dans leur posture marginale. La réalisatrice rivalisant sans cesse d'audaces visuelles et d'inventivité afin de porter en dérision notre instinct primitif et carnivore, et ce jusqu'à sa toute dernière image glaçante d'ironie mordante. 
Pour public averti avec avertissement du "haut le coeur" !

Eric Binford

Récompenses: Festival de Cannes 2016 : Prix Fipresci de la critique internationale pour les sections parallèles, après sa présentation en compétition à la 55e Semaine de la Critique
Festival européen du film fantastique de Strasbourg 2016 :
Octopus d’or du meilleur long-métrage fantastique international
Prix du public du meilleur film fantastique international
Festival du film de Londres 2016 : Sutherland Trophy du meilleur premier film
Festival international du film de Flandre-Gand 2016 : Explore Award
Paris International Fantastic Film Festival#2016 2016 :
Œil d'or du meilleur film de la compétition internationale
Prix Ciné+ Frisson du meilleur film
Festival international du film fantastique de Gérardmer 2017 :
Grand prix du jury
Prix de la critique

3 commentaires:

  1. J'ai beaucoup aimé. Beaucoup moins trash que ce à quoi je m'attendais mais franchement, une belle surprise. Par contre, ce film ne me poussera pas davantage à visionner "Dans ma Peau" de Marina de Van dont je n'ose affronter le sujet...

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour la critique cela donne énormément envie de le regarder surtout avec le thème des Végétariens qui est très a la mode de nos jours je trouve.
    Merci

    RépondreSupprimer
  3. De rien.
    Et pour répondre à Edmund, Dans ma peau est également excellent !

    RépondreSupprimer