lundi 1 mai 2017

LA REVANCHE DES MORTES-VIVANTES

                                                             Photo empruntée sur Google, appartenant au site uniqueman.over-blog.org

de Pierre B. Reinhard. 1987. France. 1h16. Avec Véronique Catanzaro, Kathryn Charly, Sylvie Novak, Anthea Wyler, Laurence Mercier, Patrick Guillemin.

Sortie salles France: 16 Septembre 1987.

FILMOGRAPHIE: Pierre B. Reinhard est un réalisateur français né en 1951. 2003: France nymphos (TV Movie). 1998 French Lolita.  1994 Baise à Budapest (Video). 1993 Le grand guignol. 1989 Initiation d'une jeune marquise. 1988 Le diable rose.  1987 La revanche des mortes vivantes. 1987 Le nain assoiffé de perversité. 1986 L'été les petites culottes s'envolent. 1986 Dressage. 1986 Adolescentes pour satyres. 1985 Outrages transsexuels des petites filles violées et sodomisées. 1985 La perverse châtelaine dans l'écurie du sexe. 1984 De la pénétration par tous les trous. 1984 Extases anales. 1984 Bien au fond du petit trou. 1984 Les besoins de la chair. 1983 La voisine est à dépuceler. 1983 La grande giclée. 1983 Le bal du viol. 1983 Laisse tomber ta culotte. 1983 Femmes par derrière. 1982 Le pensionnat des petites salopes. 1982 Caresseuses expertes. 1982 Délices d'un sexe chaud et profond. 1982 Les caprices d'une souris. 1981 Tracking. 1981 Baisez les otages. 1981 Trois Bavaroises à Paris. 1980 Maison de plaisir. 1980 Paradise. 1979 Refais-le moi encore. 1979: Orgasmes.  1978 Pénétrations multiples. 1978 Baisez-moi. 1977 Entrecuisses.


Série Z franchouillarde réalisée par un habitué de films pornographiques, La Revanche des mortes-vivantes est une aberration filmique à faire passer le Lac des Morts-vivants pour un chef-d'oeuvre. A partir d'une intrigue aussi ridicule qu'incohérente (après leur décès, 3 mortes-vivantes se vengent des responsables industriels de leur mort), Pierre B. Reinhard pastiche (involontairement) le genre avec une maladresse digne d'une production X. Tant pour l'amateurisme des comédiens aussi inexpressifs que patauds, pour son montage à la fois elliptique et foutraque, pour son leitmotiv musical rébarbatif que pour son ambiance horrifique proprement grotesque dans ses vaines tentatives de provoquer l'appréhension.


A l'instar des déambulations tantôt apathiques, tantôt furtives de nos trois mortes-vivants grimées d'un masque mortifère alors que leur simple appareil ne nous signale aucune trace de putréfaction ! On peut d'ailleurs prétendre par tant d'incohérences, de bêtises et de non-sens que le réalisateur serait éventuellement réfractaire au genre horrifique pour s'en railler de manière tacite. Pur produit des années 80 surfant sur la mode des films gores générés par nos voisins transalpins, Pierre Reinhard se contente donc de filmer cette plate vengeance d'outre-tombe parmi l'exploitation d'un érotisme trivial (filmé à l'instar d'une production X) et d'un gore malsain typiquement latin. Sur ce dernier point, on peut tout de même s'amuser de l'aspect répulsif de trois séquences sanglantes assez viscérales que Benoit Lestang a su assez adroitement façonner. Au détour de cette imagerie complaisante émerge d'ailleurs un moment zinzin d'une originalité incongrue, à savoir le viol collectif d'une jeune secrétaire que nos 3 zombies dévergondées perpétuent sans gêne. Une séquence nécrophile aussi ridicule que génialement débridée culminant avec une exaction sexuelle audacieusement crapuleuse ! Sans nul doute la meilleure séquence du film par son effet de surprise effronté !


D'une nullité affligeante difficilement surpassable (même si "la révélation" incluse dans les Bonus du Dvd Neo fait preuve d'un peu plus de cohérence quant à la défroque grotesque des mortes-vivantes !), la Revanche des Mortes-vivantes provoque tout de même en intermittence l'amusement par son amateurisme ringard digne d'une production Magma (l'écurie du X spécialisée dans les films amateurs durant les années 90 qu'un comédien s'amuse à citer à travers une réplique) et par sa dérision que le réalisateur sous-entend par tant de "je m'enfoutisme". 

Bruno Matéï
3èx

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire