vendredi 9 juin 2017

LE JARDIN DES TORTURES

                                                        Photo empruntée sur Google, appartenant au site wrongsideoftheart.com

"Torture Garden" de Freddie Francis. 1967. Angleterre. 1h36. Avec Jack Palance, Burgess Meredith, Beverly Adams. Peter Cushing, Lancelot Canning, Michael Bryant, Colin Williams, John Standing.

Sortie salles France: 27 Décembre 1967

FILMOGRAPHIE SELECTIVE: Freddie Francis est un réalisateur, directeur de photographie et scénariste britannique, né le 22 Décembre 1917 à Londres, décédé le 17 Mars 2007 à Isleworth (Royaume-Uni). 1962: La Révolte des triffides. 1963: Paranoiac. 1964: Meurtre par procuration. 1964: l'Empreinte de Frankenstein. 1965: Le Train des Epouvantes. 1965: Hysteria. 1965: The Skull. 1966: The Deadly Bees. 1966: Poupées de cendre. 1967: Le Jardin des Tortures. 1968: Dracula et les Femmes. 1970: Trog. 1972: Histoires d'Outre-Tombe. 1973: La Chair du Diable. 1973: Les Contes aux limites de la folie. 1974: Son of Dracula. 1975: La Légende du Loup-Garou. 1975: The Ghoul. 1985: Le Docteur et les Assassins. 1987: Dark Tower.


Produit par la Amicus en pleine vogue du film à sketchs, Le Jardin des tortures demeure à mon sens l'un des métrages les plus faibles de le firme si bien que chaque segment mollement mis en scène provoque une timide sympathie par le biais d'histoires peu surprenantes avouons le ! On est d'autant plus étonné du manque d'audace et d'imagination de la part du maître du genre Freddie Francis peu inspiré à donner chair à ses intrigues surnaturelles parfois même mal charpentées (l'anthologie "Terror Over Hollywood" en dépit de son thème déjanté). Un chat meurtrier aux pouvoirs hypnotiques, des comédiens notoires adeptes d'une chirurgie révolutionnaire, un piano sentimental doué de vie et la résurrection de l'écrivain Edgar Allan Poe se disputent gentiment la vedette au sein d'un esthétisme gothique tantôt macabre (le 1er et le dernier sketch), tantôt raffiné (le second et le 3è). Sur ce point, il faut avouer que Freddie Francis soigne scrupuleusement la forme afin de mieux nous immerger dans ses récits d'épouvante parfois contés avec efficacité (le segment "Enoch") quand bien même le récit élaboré autour du personnage d'Edgar Allan Poe "The Man Who Collected Poe") s'avère enfin débridé et captivant pour clore de manière aussi bien convaincante qu'enthousiasmante. Peter Cushing et Jack Palance se partageant notamment la vedette avec une inimitié fortuite dans leurs rapports de force davantage tendus à élucider le mystère entourant la disparition de l'écrivain.


Avec l'indulgence d'un soupçon de nostalgie, Le Jardin des Tortures peut se revoir d'un oeil distrait si bien qu'on préférera se remémorer les classiques du genre (Frissons d'Outre-tombe, La Maison qui tue, Asylum, le caveau de la Terreur et surtout Histoires d'outre-tombe), voir notamment se réconforter auprès d'un épisode de l'irrésistible série TV les Contes de la Crypte, beaucoup plus décapant, sardonique et jouissif que ce timide essai ciblant la forme plutôt que le fond (à l'exception du dernier segment assez ensorcelant).    

Bruno Matéï
2èx

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire