vendredi 10 mars 2017

DONNIE DARKO

                                                               Photo empruntée sur Google, appartenant au site lecinemaavecungranda

de Richard Kelly. 2001. U.S.A. 1h53. Avec Jake Gyllenhaal, Jena Malone, Drew Barrymore, Mary McDonnell, Katharine Ross, Patrick Swayze, Noah Wyle, Holmes Osborne, Maggie Gyllenhaal,
Daveigh Chase, James Duval.

Sortie salles France: 30 Janvier 2002. U.S: 26 Octobre 2001

FILMOGRAPHIEJames Richard Kelly plus souvent appelé Richard Kelly est né le 28 mars 1975 à Newport News (Virginie, États-Unis). Il est réalisateur et scénariste américain. 2001 : Donnie Darko. 2006 : Southland Tales. 2009 : The Box.


Le jour de la fin du monde
Film culte d'une génération, célébré avant tout pour l'ossature de son scénario aussi inracontable qu'abscons, Donnie Darko s'inspire du cinéma de Lynch pour nous égarer dans un univers métaphysique (et/ou spirituel) sensiblement envoûtant sous l'impulsion cérébrale de personnages énigmatiques et/ou ubuesques. Mais sans vouloir copier ou (involontairement) parodier son aîné, Richard Lynch possède son identité propre pour cristalliser une oeuvre insolite lestement étrange. Le spectateur constamment dérouté, voir parfois même agacé et ennuyé, ne pouvant s'empêcher d'observer l'errance morale du héros entraîné dans un dédale spatio-temporel sous l'aura d'un climat baroque à l'indicible mystère. Donnie est un ado instable et rebelle si bien qu'il consulte depuis quelques temps une psychothérapeute afin de canaliser ses angoisses et découvrir pour quels motifs il aperçoit lors de ses rêves et crises de somnambulisme un homme déguisé en lapin surnommé Franck. Avant que le réacteur d'un avion ne s'écrase dans sa chambre, Donnie est contraint de quitter son lit sous l'égide de son personnage irréel lui avertissant que la fin du monde aura lieu dans 28 jours. A partir de cet instant, sa vie semée de rencontres amicales et hostiles va basculer dans une seconde dimension afin de lui révéler son incroyable destinée impartie au sens du sacrifice. 


En traitant des thèmes du voyage temporel et de la spiritualité, des notions de peur et d'amour, du mal-être adolescent et de l'abnégation, Richard Lynch redouble d'ambition et de brio pour consolider une intrigue hermétique incroyablement originale si l'on parvient à déceler dès le 1er visionnage tous les tenants et aboutissants de la personnalité sinueuse de Donnie. Quand bien même ses témoignages amicaux auront un rapport commun avec ses actions personnelles vouées à un bouleversement de la fatalité. D'ailleurs, ceux qui craignent se triturer un peu trop les méninges sans en avoir saisi le dénouement, il vaudrait mieux se rabattre sur la version Director's Cut plus extensible de 20 minutes que Richard Lynch explique avec plus de fluidité quant aux indices et rebondissements savamment balisés. Au-delà de l'aspect fascinant de son histoire ramifiée (à l'instar d'un puzzle à reconstruire !) faisant appel aux théories sur l'existence et la prédestination, sa distribution disparate détonne (on y croise Drew Barrymore, Mary McDonnell, Katharine Ross, Patrick Swayze et Noah Wyle) de manière à renforcer le caractère déroutant de leurs agissements extravagants ou interlopes. Enfin, Jake Gyllenhaal (dans un âge juvénile !) endosse le rôle-titre avec un naturel (et parfois une fragilité) à la fois troubles et décomplexés dans sa posture schizo d'ado en résolution existentielle. Epaulé d'une jolie BO contemporaine, Donnie Darko se permet notamment en intermittence de composer de petits clips atmosphériques où l'émotion parfois dramatique finit par distiller une mélancolie palpable (le final est à ce titre d'une belle sensibilité !).


Une psychanalyse sur la schizophrénie ?
Ineffable et profondément trouble dans son climat de mystère indicible, Donnie Darko reste une oeuvre marquante, un ovni inclassable à savourer à tête reposée (restez attentifs aux moindres évènements qui irriguent votre écran !) malgré l'aspect sporadique d'un rythme à la fois languissant et plutôt dénué d'intensité. 

Eric Binford
2èx

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire