vendredi 21 avril 2017

PERFECT BLUE

                                                                       Photo empruntée sur Google, appartenant au site Notrecinema.com

de Satoshi Kon. 1997. Japon. 1h20. Interdit aux - de 12 ans.

Sortie salles France : 8 septembre 1999. Japon: 28 Février 1998

FILMOGRAPHIE: Satoshi Kon (今 敏, Kon Satoshi?) est un mangaka et réalisateur japonais, né le 12 octobre 1963 à Kushiro, décédé le 24 août 2010. 1997 : Perfect Blue. 2001 : Millennium actress. 2003 : Tokyo Godfathers. 2004 : Paranoia Agent (Série TV, 13 ép). 2006 : Paprika. 2007 : Ani-Kuri 15 - segment Ohayō (court métrage).


Thriller horrifique où plane l'ombre d'Argento par son thème, son audace érotique et ses meurtres gores stylisés, Perfect Blue constitue une fascinante plongée dans la schizophrénie sous l'impulsion de trois personnages respectivement manipulés. L'illustre chanteuse Mima décide de changer de carrière pour s'improviser actrice. Harcelée par un fan depuis ses rôles lubriques et sujette à un dédoublement de personnalité dans sa nouvelle fonction professionnelle, Mima perd peu à peu le contrôle avec sa réalité quand bien même des membres de son entourage sont retrouvés assassinés. 


A partir d'une intrigue complexe volontairement sinueuse quant aux profils équivoques de deux mystérieux fans obsédés par leur idole, Satoshi Kon décuple trouble et malaise auprès de la fragile Mima partagée entre le doute de rater sa nouvelle carrière et sa remise en question identitaire. Quand bien même les rôles audacieux qu'on lui impute face caméra s'avèrent à la fois provocants (la scène du viol et les photos de nu) et horrifiants (son personnage de tueuse en série sujette au dédoublement de personnalité). Jeu pervers de manipulations que Satoshi Kon coordonne parmi l'alternance vertigineuse de la fiction (une mise en abyme) et de la réalité, Perfect Blue sème une lourde paranoïa auprès de ce trio équivoque si bien que le spectateur en perte de repères ne parvient plus, à l'instar de l'héroïne, à démêler le vrai du faux semblant. A la fois étrangement onirique et morbide, violent et oppressant, Perfect Blue sonde les âmes torturées de ces personnages névrosés avec une diabolique habileté et la volonté de nous confinés lentement dans un dédale schizophrène toujours plus ramifié.


Une expérience schizophrène gigogne. 
Par son impressionnante facture cinégénique de manga et de thriller horrifique intensément troubles, Satoshi Kon cultive un climat anxiogène en roue libre sous l'impulsion de personnages en névrose identitaire avides d'amour et de reconnaissance. A travers leur pathologie bicéphale ou l'obsession, la jalousie et la possessivité se disputent la mise, il en extrait une réflexion sur le fanatisme de la célébrité et la schizophrénie dont certains souffriraient en secret dans leur combat contre leurs démons internes (la peur de l'échec, le manque d'aplomb et de confiance s'opposant au désir d'affirmation et de réussite). Une intense expérience émotionnelle à revoir fissa pour en saisir toute son essence cérébrale et mieux démêler les ressorts psychologiques de chaque victime ballottée entre la folie et la duperie.  

Eric Binford/Bruno Dussart
2èx

2 commentaires:

  1. Salut, très bonne critique, je trouve cela juste sublime, je t'ajoute dans les blogue que je conseille sur mon propre blogue ( en bas page)mangaanimations.blogspot.fr
    , j'ajoute aussi un liens vers cette article (pour avoir plus d'infos) en dessous de ma propre fiche sur ce film.
    la voici : http://mangaanimations.blogspot.fr/2017/04/perfect-blue.html

    RépondreSupprimer