lundi 14 août 2017

HURLEMENTS. Prix de la Critique, Avoriaz 81.

                                                               Photo empruntée sur Google, appartenant au site cinemovies.fr

"The Howling" de Joe Dante. 1980. U.S.A. 1h31. Avec Dee Wallace, Patrick Macnee, Dennis Dugan, Christopher Stone, Belinda Balaski, Kevin McCarthy, John Carradine, Slim Pickens, Elisabeth Brooks, Robert Picardo.

Sortie salles France: 21 Janvier 1981. U.S: 10 Avril 1980

FILMOGRAPHIEJoe Dante (né le 28 novembre 1946 à Middletown, New Jersey) est un critique, scénariste, monteur, producteur et réalisateur américain. Son plus grand succès populaire est, à ce jour, Gremlins (1984). 1966-1975 : The Movie Orgy 1976 : Hollywood Boulevard, co-réalisé avec Allan Arkush 1978 : Piranhas (Piranha),1981: Hurlements (The Howling) 1983 : La Quatrième Dimension (Twiling Zone the Movie), troisième épisode, Its a Good Life 1984 : Gremlins 1985 : Explorers 1987 : Cheeseburger film sandwich (Amazon Women on the Moon), 5 sketches 1987 : L'Aventure Intérieure. 989 : Les Banlieusards (The 'burbs) 1990 : Gremlins 2, la nouvelle génération (Gremlins 2 The New Batch) 1993 : Panic sur Florida Beach (Matinee) 1998 : Small Soldiers 2003 : Les Looney Tunes passent à l'action (Looney Tunes : Back in Action) 2006 : Trapped Ashes , premier segment,Wraparound 2010 : The Hole. 2014: Burying the ex


Trois ans après Piranhas, démarquage semi parodique des Dents de la merJoe Dante livre avec Hurlements sa déclaration d'amour au mythe du loup-garou dépoussiéré ici dans un contexte contemporain. Saupoudré d'humour noir et de clins d'oeil, cette référence du fantastique moderne doit aussi son salut au talent respectif des maquilleurs Rob Bottin et Rick Baker car plus de 40 ans après sa sortie et son trophée à Avoriaz (Prix de la critique !), Hurlements resplendit toujours dans sa faculté de nous faire croire à l'existence du lycanthrope sans effets de manche. Une éminente journaliste, Karen White, doit rencontrer le mystérieux Eddie Quist soupçonné de meurtre. Après que ce dernier entrepris une rencontre dans un sex-shop, elle se retrouve confinée dans une cabine parmi sa présence. Prise de panique d'après une vision horrifiée, elle clame de l'aide ! Alors qu'un véhicule de police patrouillait à proximité, l'un des flics pointe son arme en direction de l'agression et abat froidement l'assaillant. Souffrant d'amnésie, Karen et son époux sont envoyés dans un séminaire thérapeutique sous la mainmise du Dr George Waggner.


Sorti la même année, à quelques mois d'intervalle de son homologue Le Loup-Garou de Londres, Hurlements évoque une certaine parité. Un esprit sarcastique influencé par l'humour noir (satire sur l'addiction carnivore parmi l'instinct sauvage du loup !), un contexte moderne afin de raviver son monstre iconique et des effets spéciaux révolutionnaires aussi bluffants que percutants. Si ce joyau de série B reste en l'occurrence aussi ensorcelant, c'est aussi bien pour sa maîtrise formelle, pour ses scènes chocs parfois cruelles (les morts inopinées de deux protagonistes) que pour la caractérisation ironique d'antagonistes sournois, à l'instar du Dr Wagner que campe avec aplomb Patrick Macnee. Un psychologue prévenant tant et si bien qu'il épaule ses patients à canaliser leurs pulsions primitives particulièrement meurtrières lorsqu'ils s'adonnent à leur instinct naturel. Car depuis l'évolution de notre civilisation moderne, nos loups-garous réactionnaires sont aujourd'hui acculés à refréner leur pulsion primale pour se contenter de consommer des bovins domestiques. Pour autant, les plus anarchistes d'entre eux bafouent leur déontologie afin de céder à leur besoin primal de chair fraîche ! D'un aspect formel, les décors champêtres d'une forêt nappée de brume ainsi que sa photo saturée de teintes azurs et orangées transfigurent simultanément une ambiance crépusculaire à l'orée de la fantasmagorie. 


Sa structure narrative à la fois simple et efficacement contée et l'intensité de sa partition orchestrée par Pino Donaggio sont d'autant mieux valorisés d'FX artisanaux jamais gratuits car découlant du cheminement fouineur de nos héros en quête d'indices et de réponses. Pour cause, la métamorphose (au compte-goutte !) d'Eddie transformé en lycanthrope reste un moment d'anthologie impressionnant de réalisme et de rigueur, quand bien même la victime en catatonie contemple cette vision improbable avec une fascination terrifiée ! En prime, le climat angoissant émanant du comportement démuni des héroïnes en investigation s'exacerbe de beuglements perçus du fond de la forêt alors que ces dernières y redoutent une présence sous-jacente. Outre cette atmosphère ouateuse délicieusement capiteuse au sein d'une facture cinégénique, on peut également souligner le caractère torride d'une étreinte restée anthologique (les amants infidèles en coït durant une nuit de pleine lune). Enfin, comédiens notables et seconds couteaux (nos briscards John Carradine, Dick Miller et Kevin McCarthy, l'envoûtante et oh combien provocante Belinda Balaski puis enfin l'aimable Patrick MacNee) affichent une belle complémentarité dans leur talent spontané à se fondre dans des personnages tantôt rassurants, tantôt cyniques si je me réfère aux membres de la colonie. Quant à la très charmante Dee Wallace (je ne l'ai jamais vu aussi mignonne et glamour que dans ce rôle de journaliste !), elle vole quasiment la vedette à ces confrères et consoeurs dans sa posture fragile d'amnésique en proie au surnaturel. Spoil ! D'ailleurs, à travers sa dernière allégation télévisée, nous ne sommes pas prêts d'oublier son adieu salvateur sous l'écho d'un hurlement poignant ! Fin du Spoil.    


Dirigé avec soin par un cinéaste transi d'amour pour son bestiaire lycanthrope, Hurlements fait office de référence incontournable dans sa capacité à nous illustrer un conte horrifique d'une modernité étonnamment fascinante. Son charme prégnant émanant notamment de sa grande simplicité à traiter du thème lycanthrope dans l'art de le conter à travers une dynamique de groupe (oh combien attachante !). Reste à savoir qui pourra un jour transcender, sinon égaler son talent artisanal (aussi bien auteur que techniciens !) car les chefs-d'oeuvre sont inoxydables et, à l'instar du Loup-garou de Londres mais aussi de la Nuit du Loup-garou, Hurlements n'a point à rougir de ses congénères.

Pour la p'tite anecdote, c'est le premier film d'horreur que j'ai pu voir dans une salle de ciné un mardi-après midi de congé scolaire en compagnie de ma tante.

La Chronique du Loup-garou de Londres: http://brunomatei.blogspot.fr/…/le-loup-garou-de-londres-os…

Bruno Matéï
25.04.12 (273 V)
14/08/17. 9èx

Récompense: Prix de la Critique à Avoriaz 1981

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire