mercredi 11 janvier 2012

LE CORNIAUD


de Gérard Oury. 1964. France. 1h50. Avec Bourvil, Louis De Funès, Venantino Venantini, Henri Genès, Saro Urzi, Daniela Rocca, Lando Buzzanca, Henri Virlojeux, Michel Galabru, Jacques Ary.

Récompense: Prix du Meilleur Scénario au festival de Moscou en 1965.

Sortie en salles en France le 24 Mars 1965. U.S: 8 Octobre 1967

FILMOGRAPHIE: Gérard Oury (Max-Gérard Houry Tannenbaum) est un réalisateur, acteur et scénariste français né le 29 avril 1919 à Paris, décédé le 20 Juillet 2006 à Saint-Tropez.
1960: La Main Chaude. La Menace. 1962: Le Crime ne paie pas. 1965: Le Corniaud. 1966: La Grande Vadrouille. 1969: Le Cerveau. 1971: La Folie des Grandeurs. 1973: Les Aventures de Rabbi Jacob. 1978: La Carapate. 1980: Le Coup du Parapluie. 1982: L'As des As. 1984: La Vengeance du Serpent à Plumes. La Joncque (inachevé). 1987: Levy et Goliath. 1989: Vanille Fraise. 1993: La Soif de l'or. 1996: Fantôme avec chauffeur. 1999: Le Schpountz.
.
.
Numéro 1 au box-office français avec 11,74 millions d'entrées, l'un des tous premiers longs de Gérard Oury accède rapidement au classique de la comédie populaire autour d'un atout de prestige: la complémentarité du tandem légendaire De Funes / Bourvil (qui reçu pour le coup un cachet 3 fois plus important que son comparse). A l'origine, le film est tiré d'un évènement réel survenu en 1962 alors qu'un présentateur de la télévision française fut appréhendé aux Etats-Unis au volant de sa Buick transportant 50 kilos d'héroïne pure (même si lors de son arrestation, la drogue ne fut jamais retrouvée). Après avoir plaidé coupable au tribunal, cet animateur de l'émission Paris-Club fut incarcéré 5 ans durant car il fut prouvé durant l'enquête qu'il toucha pour cette transaction 10 000 dollars. Fort du succès public faramineux capitalisé en 1965, les américains avaient d'ailleurs proposé au réalisateur de produire et réaliser un remake interprété par Dean Martin et Jack Lemmon. Malgré une offre financière plus que considérable, Gérard Oury ne donna jamais suite à leur alléchante proposition. Après un accident de voiture avec un riche homme d'affaires, un quidam ingénu se voit l'opportunité de conduire sa cadillac à convoyer de Naples à Bordeaux en guise de dédommagement. Le directeur sans vergogne est en faite un important trafiquant de produits de contrebande ayant décidé d'utiliser un "corniaud" afin d'expédier sa marchandise jusqu'à Bordeaux. Une folle aventure à travers l'Italie est entreprise par ce bouc émissaire et nos joyeux lurons à ses trousses. 
.
.
Immense succès populaire multi diffusé à la télévision depuis sa sortie en salles et considéré à juste titre comme l'un des plus grands classiques du genre, Le Corniaud n'a pas volé sa réputation élogieuse de phénomène à part entière ! Ainsi, on a beau revoir de façon récursive cette aventure rocambolesque emmenée par un irrésistible duo d'acteurs innés pour provoquer l'éclat de rire, Le Corniaud est une denrée précieuse de par son alliage de cocasserie et de tendresse mis en exergue dans une simplicité naturelle. Et ce jusqu'aux moindres seconds rôles ! A l'instar de cet italien irascible de jalousie maladive auprès de sa dulcinée courtisée, de la blondinette à l'accent germanique adepte de l'auto-stop, du leader de police autoritaire mais ébaubi, des complices de Saroyan, du duo de fripouilles à la trogne risible de Laurel et Hardy ou encore de leur rival surnommé le "bègue" car gesticulant avec un débit irrégulier ! En affiliant le cinéma d'aventures, la comédie burlesque, le road movie et l'enquête policière sur un canevas bourré de péripéties impromptues, Gérard Oury a su ajuster sa recette miracle à la perfection. En prime, pour nous charmer la vue, il nous convie à une visite touristique à travers l'Italie dans les contrées de Rome, Naples, Pise, la Villa d'Este, le château Saint-Ange, la Toscane, et ce en passant par le Sud de la France, la cité de Carcassonne et Bordeaux. Ainsi, cette course poursuite effréné entre un brave quidam crédule et deux clans de malfrats (successeurs des pieds nickelés) ne laisse nulle répit au spectateur dans son florilège de rebondissements aussi débridés qu'exaltants !


Niveau casting emblématique, l'innocence docile et la bonhomie de Bourvil renforcent agréablement l'attrait tendre du corniaud débordant de générosité et de romance escomptée. Dans la mesure où sa drague empotée avec l'italienne puis avec l'allemande voluptueuse donne lieu à des séquences fragiles cédant pas à une émotion empathique. Quand à son tempérament instinctivement gaffeur, il déploie nombre de catastrophes et quiproquos saugrenus déjouant involontairement les combines de ces gangsters contrebandiers. De par son caractère irascible et sa mesquinerie perfide, Louis de Funes nous offre un festival de péripéties, pitreries et mimiques à la mesure de son talent inégalé. Epaulé de la complicité de deux acolytes incultes, ils tenteront avec autant de maladresse à suivre en véhicule leur convoyeur jamais à court de rencontres et destinations impondérables à travers les contrées d'Italie et de la France provinciale.


Mené à un rythme effréné ne cédant jamais à la routine, le Corniaud doit en priorité sa jubilation grâce au tandem indissociable Bourvil / De Funes. La mécanique du scénario intrépide, l'inventivité des gags, la tendresse de certains personnages bonnards et le dépaysement alloué aux décors naturels renforçant en toute simplicité son capital hautement sympathique. Si bien que deux ans plus tard, le trio gagnant (Oury / De Funes / Bourvil) remettra le couvert avec l'autre classique La  Grande Vadrouille ! Un coup double historique auprès de ces 3 légendes du 7è art !

*Bruno
11.01.12. 3èx.


1 commentaire:

  1. 1 classique! Hilarant et cocasse, un duo d'acteurs qui fonctionne à merveille. La scène d'ouverture est bien entendu devenue culte. Je suis fan de De Funès et ce film fait partie de mes favoris. Je l'ai vu de nombreuses fois et je ris tjs autant. Indemodable!

    RépondreSupprimer