vendredi 5 avril 2013

LES GUERRIERS DE LA NUIT (The Warriors). Director's Cut.

                                       Photo empruntée sur Google, appartenant au site lescinephiles.net

de Walter Hill. 1979. U.S.A. 1h34. Avec Michael Beck, James Remar, Dorsey Wright, Thomas G. Waites, Brian Tyler, David Harris, Tom McKitterick.

Sortie salles France: 27 Août 1980. Interdit durant quelques mois en France, puis interdit au - de 18 ans lors de sa sortie en salles, et très vite réévalué en interdiction aux moins de 13 ans.
Sortie U.S: 9 Février 1979. Interdit au moins de 17 ans.

FILMOGRAPHIEWalter Hill est un producteur, réalisateur et scénariste américain, né le 10 janvier 1942 à Long Beach, en Californie (États-Unis). 1975 : Le Bagarreur (Hard Times),1978 : Driver,1979 : Les Guerriers de la nuit, 1980 : Le Gang des frères James,1981 : Sans retour, 1982 : 48 heures, 1984 : Les Rues de feu,1985 : Comment claquer un million de dollars par jour,1986 : Crossroads, 1987 : Extrême préjudice, 1988 : Double Détente, 1989 : Les Contes de la crypte (1 épisode),1989 : Johnny belle gueule,1990 : 48 heures de plus,1992 : Les Pilleurs,1993 : Geronimo, 1995 : Wild Bill, 1996 : Dernier Recours,1997 : Perversions of science (série TV),2000 : Supernova, 2002 : Un seul deviendra invincible, 2002 : The Prophecy, 2004 : Deadwood (série TV).


Film culte pour toute une génération de spectateurs alors qu'en France le comité de censure s'empressa d'édulcorer sa violence en l'expurgeant de 10 minutes, les Guerriers de la Nuit demeure une flamboyante bande dessinée aux accents surréalistes. Alors que toutes les bandes de la ville New-yorkaise sont réunies pour écouter l'allocution de leur leader révolutionnaire, ce dernier est lâchement assassiné par l'un de ses membres. Accusé à tort du meurtre, le clan des Warriors est contraint de subir une traque inlassable de la part de tous ces marginaux. Pour rejoindre leur quartier résidentiel, ils feront preuve de vaillance inébranlable afin de les combattre et sauver leur innocence. Film d'action incisif mené sur un rythme alerte auprès de ces moult rixes urbaines, les guerriers de la nuit constitue l'épreuve de force d'une poignée de marginaux particulièrement pugnaces pour tenter de s'opposer à une rivalité de clans. Leur course-poursuite effrénée entièrement filmée de nuit (si on occulte l'épilogue) étant scandée d'une BO pop-rock sélectionnée par une opératrice radiophonique. Avec une ambition singulière, Walter Hill use d'idées insolites pour relater à la manière d'une BD futuriste (des planches de dessins sont insérées aux moments propices de l'intrigue) une odyssée fantasmatique renforcée de l'apparat vestimentaire des gangs de rue.


Ces délinquants cosmopolites se distinguant non seulement par leur différence ethnique mais aussi par leur look spécifique souvent extravagant (la plupart des membres sont affublés de vêtements criards alors que d'autres ont le visage peinturluré en se déplaçant en patins à roulette !). Armés de batte de baseball, chaines, couteaux et barres de fer, ils se déploient en masse au coeur de New-York pour être dispersés à chaque recoin des métros, et ce afin d'empêcher la bande des Warriors de rejoindre leur bercail. Ainsi, Même les femmes rebelles d'un groupe féministe s'y mêlent en abusant de leur charme racoleur. Cet alliage d'action violente, d'aventures et de romance désenchantée (l'idylle équivoque entre Swan et Mercy) est parfaitement géré par un réalisateur novateur délibéré à dépoussiérer le film de bande (un peu à la manière transgressive de Georges Miller avec Mad-Max sorti la même année !). Les nombreuses rencontres impromptues que les Warriors entreprennent durant leur cheminement nocturne s'avérant redoutablement efficaces de par le dynamisme des violentes bastonnades impeccablement chorégraphiées. Qui plus est, l'attrait surréaliste de son esthétisme urbain ressemble à s'y méprendre à une ville fantôme éludée de citadins (à quelques quidams près tels ces deux couples de bourgeois prospères affalés sur une banquette ferroviaire).


Scandé de la partition électrisante de Barry De Vorzon, les Guerriers de la nuit est une épopée belliqueuse unique en son genre de par sa modernité décalée ainsi que la densité des protagonistes particulièrement bien dessinés. Des guerriers désoeuvrés en marge d'une société chaotique mais nanti d'un courage, d'une bravoure et d'une dignité comparables aux dieux grecques de l'antiquité (à l'image référentielle de son intro animée). Ce director's cut rarissime est donc à mes yeux un chef-d'oeuvre aussi probant que sa version ciné, d'autant plus approuvé par l'intention initiale de son auteur

05.04.13. 6èx
Bruno Matéï

1 commentaire:

  1. ultra culte pour une génération dont je fais parti..... Vu à très nombreuses reprises. Tout y est génial , la musique, les costumes, les dialogues, et l'action y est savamment dosée; Je suis vraiment fan de ce putain de film et ai eu la chance de voir quelque lieux de tournages. Une œuvre comme on en fera malheureusement plus. Un de mes films favoris

    RépondreSupprimer