vendredi 1 janvier 2016

LES CHARLOTS CONTRE DRACULA

                                                                           Photo empruntée sur Google, appartenant au site senscritique.com

de Jean-Pierre Desagnat et Jean-Pierre Vergne. 1980. France. 1h25. Avec Gérard Filipelli, Gérard Rinaldi, Jean Sarrus, Andréas Voutsinas, Gérard Jugnot, Amélie Prévost, Vincent Martin.

Sortie salles France: 17 Décembre 1980

FILMOGRAPHIE: Jean-Pierre Desagnat, né le 18 octobre 1934 à Paris 12e, est un réalisateur et scénariste de films. 1983 : Flics de choc.
Jean-Pierre Vergne est un réalisateur français, né le 1er avril 1946 à Saint-Brice-sous-Forêt (Seine-et-Oise1) et mort le 25 août 2014 à Terrasson-Lavilledieu (Dordogne).
1980 : Les Charlots contre Dracula (non crédité) coréalisé par Jean-Pierre Desagnat
1985 : Le téléphone sonne toujours deux fois. 1994 : Priez pour nous. 1996 : Golden Boy.


Comédie franchouillarde devenue culte auprès d'une poignée d'amateurs de nanars alors que son petit succès en salles totalisa pas moins de 555 878 entrées, Les Charlot contre Dracula est une aberration filmique conçue par deux réalisateurs aussi discrets qu'insignifiants. D'après un scénario et des dialogues pensés par les Charlots, les Charlots contre Dracula relate la sempiternelle conquête du comte auprès d'une jeune provinciale afin de parfaire le pouvoir d'une fiole, quand bien même Phil et ses compagnons Gérard et Jean vont se lancer à sa poursuite jusqu'au repère du château pour récupérer sa fiancée. Ce pitch d'une ineptie exaspérante est toutefois compensé par le ressort d'un florilège de gags à l'inventivité saugrenue ! Enchaînant les péripéties, quiproquos et bévues à rythme sans faille, les Charlots contre Dracula parvient in extremis à attiser charme et sympathie.


Non pas pour la drôlerie quasi inexistante des blagues de potache grossièrement étalées mais pour l'extravagance des charlots s'en donnant à coeur joie dans leurs bravoures malhabiles à déjouer les subterfuges du comte et de son valet. Ce duo contribuant à tenter de ranimer le pouvoir diabolique d'une fiole grâce au sosie de la mère de Dracula. Comme de coutume à l'aise dans leur fonction pittoresque, nos trois charlots insufflent une spontanéité naturelle pleine d'entrain pour amuser la galerie à renfort de dialogues dérisoires et de grimaces bas de plafond. Cette bonhomie attachante qui émane de leur cohésion est également contrebalancée par la présence secondaire de Gérard Gugnot endossant celui d'un émissaire condescendant chargé de kidnapper la fiancée de Phil avant de se retrouver réduit à l'état de nigaud déficient. Au niveau de la prestance du comte, Andréas Voutsinas adopte une carrure inévitablement hautaine pour incarner un vampire en herbe en voie de couronnement, quand bien même Vincent Martin lui prête la réplique dans la peau du majordome avec un naturel risible. En dépit d'une réalisation et d'une photo ternes tout à fait négligeables, nos deux réalisateurs parviennent futilement en seconde partie à soigner le cadre gentiment gothique du château, notamment par le biais d'éclairages saturés (le salon, la salle à manger, les couloirs) ou, au contraire, opaques (la cave décrépite renfermant tous les cercueils et le final nocturne imposé sur le toit du château).


"Dieu est belge !"
D'une nullité indiscutable pour l'originalité triviale des gags cartoonesques, Les Charlots contre Dracula réussit tout de même à consolider une comédie franchouillarde débridée sous l'impulsion de comédiens aussi plaisantins que farceurs et par la vigueur de rebondissements trépidants. Aujourd'hui condamné à l'oubli sans doute à raison, les fans nostalgiques de nanars pourront néanmoins renouer avec leur plaisir coupable pour subir les vicissitudes de nos charlots embarqués une unique fois dans un train-fantôme horrifico-comique. A savourer entre amis complices...

B.M.

Anecdote (Wikipedia): Le réalisateur, Jean-Pierre Desagnat n'est autre que le père de Vincent Desagnat, l'un des complices de Michaël Youn dans l'émission Le Morning Live.


5 commentaires:

  1. Pas fan des Charlots mais j'avais bien aimé leur pastiche réussi sur le plus célèbre des vampires.

    RépondreSupprimer
  2. BONJOUR ET MERCI MAIS OU S'ONT LES LIENS POUR TELECHARGER MERCI

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour, désolé il n'y pas de lien sur ce blog

    RépondreSupprimer