mercredi 12 décembre 2018

Meurtre au 43è Etage

                                          Photo empruntée sur Google, appartenant au site cinemapassion.com

"Someone's Watching Me" de John Carpenter. 1978. U.S.A. 1h37. Avec Lauren Hutton, David Birney, Adrienne Barbeau, Charles Cyphers, Grainger Hines, Len Lesser, John Mahon.

Diffusion TV U.S: 29 Novembre 1978. France: 1987 sur la chaine la Cinq

FILMOGRAPHIE: John Howard Carpenter est un réalisateur, acteur, scénariste, monteur, compositeur et producteur de film américain né le 16 janvier 1948 à Carthage (État de New York, États-Unis). 1974 : Dark Star 1976 : Assaut 1978 : Halloween, la nuit des masques 1980 : Fog 1981 : New York 1997 1982 : The Thing 1983 : Christine 1984 : Starman 1986 : Les Aventures de Jack Burton dans les griffes du Mandarin 1987 : Prince des ténèbres 1988 : Invasion Los Angeles 1992 : Les Aventures d'un homme invisible 1995 : L'Antre de la folie 1995 : Le Village des damnés 1996 : Los Angeles 2013 1998 : Vampires 2001 : Ghosts of Mars 2010 : The Ward.


Réalisé pour la TV la même année que le mythique Halloween, Meurtre au 43è Etage est un sympathique thriller à suspense que John Carpenter façonne avec une efficacité perpétuelle eu égard de sa structure narrative voguant autour du huis-clos domestique et du jeu fébrile de Lauren Hutton très convaincante en victime harcelée par un voyeur de palier. Le récit reposant largement sur ses épaules de par son omniprésence à l'écran, Carpenter nous esquissant une étude caractérielle à travers ses humeurs fringantes entachées de contrariété et de nervosité, et ce avant d'amorcer une initiation héroïque pour faire finalement front à son agresseur sans visage. Ce qui nous vaut un final tendu à l'angoisse délicieusement palpable, notamment grâce à la caméra subjective de Carpenter que celui-ci dirige déjà avec une habile maestria. Même si on a déjà vu mieux à travers son concept du "tueur au téléphone" (l'inégalé Terreur sur la Ligne, l'un des sketchs des 3 visages de la peur et surtout le classique Black Christmas), Meurtre au 43è étage est suffisamment bien mené, sobrement interprété (notamment auprès de la romance timorée du couple) et assidûment réalisé pour divertir sous l'impulsion d'une mécanique à suspense où plane l'ombre d'Hitchcock (l'inévitable Fenêtre sur cour  en tête).

* Bruno
3èx

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire