mercredi 16 octobre 2013

DAMIEN: LA MALEDICTION 2 (Damien : Omen 2)

                                                 Photo empruntée sur Google, appartenant au site esplatter.com

de Don Taylor. 1977. U.S.A. 1h46. Avec William Holden, Lee Grant, Jonathan Scott-Taylor, Robert Foxworth, Nicholas Pryor, Lew Ayres, Sylvia Sidney.

Sortie salles France: 16 Août 1978. U.S: 9 Juin 1978

FILMOGRAPHIE SELECTIVE: Don Taylor est un réalisateur, acteur, scénariste et producteur américain, né le 13 Décembre 1920 à Freeport, Pennsylvanie (Etats-Unis), décédé le 29 Décembre 1998 à Los Angeles (Californie). 1969: 5 hommes armés. 1971: Les Evadés de la Planète des Singes. 1973: Tom Sawyer. 1977: L'île du Docteur Moreau. 1978: Damien: la malédiction 2. 1980: Nimitz, retour vers l'enfer.


"Ces hommes-là sont de faux apôtres, des ouvriers trompeurs, déguisés en apôtres du Christ". 

Second opus d'une trilogie passionnelle fondée sur l'achèvement de l'Antéchrist sur terre, Damien: la malédiction 2 continue de percer sa voie apocalyptique par l'entremise d'un adolescent en réflexion identitaire ! Si Richard Donner n'est plus maître à bord, la réalisation en incombe à Don Taylor, habile artisan de série B ayant déjà oeuvré dans le ciné fantastique (les Evadés de la planètes des singes, l'île du Dr Moreau, Nimitz). Et si le vénérable acteur William Holden eut auparavant refusé d'incarner le rôle du paternel adoptif qui lui était imparti lors du 1er volet, faute de son antipathie pour le satanisme, l'immense succès du chef-d'oeuvre de Donner lui invoqua cette fois-ci d'y participer afin d'endosser celui du frère de Robert Thorn. Par ailleurs, on doit notamment la réalisation de certaines scènes au scénariste Mike Hodges (le dîner avec la tante, la visite dans l'usine, l'enseignement dans l'académie militaire). Faute de dissension avec la production, c'est donc à Don Taylor que convient la tâche d'achever l'entreprise. Aujourd'hui âgé de 12 ans, Damien Thorn a été recueilli par son oncle Richard et son épouse depuis les tragiques évènements de ses parents adoptifs. Enseignant dans une école militaire, le jeune adolescent va apprendre l'origine de sa véritable destinée par le soutien de disciples alors que d'étranges accidents meurtriers continuent de semer le doute chez sa nouvelle famille. 



Deux ans après la sortie de La Malédiction, Damien: la Malédiction 2 est rapidement mis en chantier afin de tenter de renouer avec le succès commercial. Sans égaler l'intensité du modèle, cette suite honorable s'avère beaucoup plus vigoureuse dans son florilège de morts accidentelles perpétrées par les forces du Mal, et parfois même sous la symbolique d'un corbeau noir. Ainsi, avec une efficacité certaine, Don Taylor privilégie l'impact de séquences chocs aussi acerbes et vertigineuses. Tant auprès de l'agression des corbeaux sur une femme errante au sein d'une route bucolique, de la noyade du sexagénaire coincé sous la glace d'un lac et emporté par les courants, ou encore du démembrement d'un médecin par les câbles d'un ascenseur ! Autour de ces incidents surnaturels plus explicites qu'au préalable, le réalisateur s'intéresse fatalement à l'ascension du jeune Damien, adolescent aujourd'hui hébergé par les descendants de Thorn et muté vers une école militaire en guise d'enseignement. Si l'intrigue s'avère ici moins dense, l'aspect stylisé de certaines scènes (l'attaque des corbeaux sur la femme affublée d'un manteau d'un rouge rutilant, l'accident sur le lac gelé imposant une scénographie réfrigérante afin de nous insuffler la claustration !) et la dextérité de sa réalisation nerveuse continuent de captiver le spectateur attentif à l'évolution délétère de Damien. Si le couple William Holden / Lee Grant est plus en retrait et ne possède pas la même carrure pour remplacer Gregory Peck et Lee Remick, leur prestance solide s'avère tout de même suffisamment persuasive afin d'emporter l'adhésion. Enfin, la présence glaçante de l'excellent Jonathan Scott Taylor, au regard impassible inné, véhicule une aura trouble pour le cheminement diabolique de Damien. Adolescent surdoué soudainement révélé par sa conversion au Mal et infligeant de son gré ses pouvoirs démoniaques sur les témoins gênants.


Son infini pouvoir est sa solitude. Sa splendeur est la fatalité qui l'étreint.
"Le jour viendra, Damien, où le monde saura qui tu es !"

Renforcé à nouveau de la partition tonitruante de Jerry Goldsmith (à la tonalité toutefois plus moderne qu'au préalable), Damien: La Malédiction 2 joue la carte du divertissement efficace avec un sens effréné de l'action horrifique. Outre le fait que la présence plus confirmée de Damien s'avère toujours ensorcelante, l'acuité de certaines séquences (son tête à tête pédagogique avec son prof d'histoire, le sacrifice qu'il doit infliger en dernier ressort à son cousin, sa prise de conscience soudaine envers sa destinée maudite !) viennent agrémenter l'intrigue de cet excellent opus. 

La critique de La Malédiction http://brunomatei.blogspot.fr/2013/10/la-malediction.html
La critique de La Malédiction Finalehttp://brunomatei.blogspot.fr/2013/10/la-malediction-finale-final-conflict.html

Dédicace à Selena De Sade
16.10.13. 3èx
Bruno Matéï


Aucun commentaire:

Publier un commentaire