lundi 6 juin 2011

THE HOLE


Photo empruntée sur Google, appartenant au site heyuguys.co.uk

de Joe Dante. 2009. U.S.A. 1h32. Avec Chris Massoglia, Nathan Gamble, Haley Bennett, Teri Polo, Merritt Patterson, Chelsea Ricketts, Quinn Lord, Peter Shinkoda...

FILMOGRAPHIE: Joe Dante (né le 28 novembre 1946 à Middletown, New Jersey) est un critique, scénariste, monteur, producteur et réalisateur américain. Son plus grand succès populaire est, à ce jour, Gremlins (1984).
1966-1975 : The Movie Orgy 1976 : Hollywood Boulevard, co-réalisé avec Allan Arkush 1978 : Piranhas(Piranha),1981 : Hurlements (The Howling) 1983 : La Quatrième Dimension (Twiling Zone the Movie), troisième épisode, Its a Good Life 1984 : Gremlins 1985 : Explorers 1987 : Cheeseburger film sandwich (Amazon Women on the Moon), 5 sketches 1987 : L'Aventure intérieure(Innerspace)1989 : Les Banlieusards (The 'burbs) 1990 : Gremlins 2, la nouvelle génération (Gremlins 2 The New Batch) 1993 : Panic sur Florida Beach (Matinee) 1998 : Small Soldiers 2003 : Les Looney Tunes passent à l'action (Looney Tunes : Back in Action) 2006 : Trapped Ashes , premier segment,Wraparound. 2009 : The Hole.


Inédit en salles et toujours privé d'une sortie Dvd dans l'hexagone, The Hole est la dernière production de Joe Dante, véritable concentrée de nostalgie infantile dans l'introspection conflictuelle de jeunes ados confrontés à leurs affres les plus répréhensibles. 

Un mère et ses deux fils emménagent dans une nouvelle bourgade après avoir été asservis par un paternel violent et alcoolique. Séduits par leur charmante voisine juvénile, les deux frères l'invitent à visiter les lieux de leur demeure. Dans la cave, ils découvrent une étrange trappe scellée avant de libérer du fond du gouffre une entité surnaturelle où d'étranges évènements vont se produire. 


Baignant dans une atmosphère édénique au sein d'une banlieue ricaine où chaque citadin semble épanoui par leur vie insouciante, The Hole décrit avec candeur le portrait attachant de trois jeunes adolescents confrontés à une découverte extravagante ! Par ailleurs, l'attention accordée à cette bourgade champêtre rappelle instinctivement les climats sécurisants d'E.T, House ou encore Poltergeist lorsque les voisins affables sont toujours présents pour prêter main forte à leurs nouveaux locataires. En distillant avec parcimonie un climat d'inquiétude et d'étrangeté tangible, Joe Dante joue la carte de l'expectative et de la suggestion pour mieux nous captiver dans une trame fantastique héritée de la quatrième dimension. La première qualité inhérente du métrage est de nous présenter le profil d'adolescents dociles, de prime abord investigateurs et quelque peu naïfs dans leur démarche perplexe en âge instable. Tout le contraire donc de la clique traditionnelle de marmots têtes à claque toujours plus impudents et insolents à daigner amuser la galerie ! Tandis qu'au fil du récit davantage obscur et ombrageux, leurs peurs les plus délétères vont s'extérioriser et se matérialiser sous l'emprise d'un trou noir au mystère imperceptible. 


Par petites touches, The Hole va entretenir un climat d'angoisse persuasif avec l'entremise d'un clown de porcelaine, une fillette vacillante et un géant tortionnaire d'enfants ! Si le scénario n'apporte pas de surprises inopinées et se révèle somme toute classique, son efficacité probante ainsi que l'appréhension subtilement éprouvée - alliées à la complicité des ados empathiques - nous accordent un intérêt croissant dans leurs obscures mésaventures. D'ailleurs, Joe Dante n'hésite pas à exacerber certaines séquences horrifiques avec le juste équilibre de sobriété pour insuffler sans outrance un sentiment de malaise face aux apparitions cinglantes ou dérangeantes d'antagonistes hostiles (le clown mesquin, le fantôme errant et le géant intarissable !). Tandis que son point d'orgue cathartique, laissant libre court à une imagerie fantasmagorique, nous entraîne en interne d'une prison torturée où un fils préalablement martyrisé va devoir se confronter à sa terreur la plus ébranlante. Et nos trois héros de combattre individuellement les forces hermétiques afin de gagner la rédemption en bravant leurs terreurs les plus intrinsèques !


Récit initiatique sur les affres de nos frayeurs les plus intimidantes, métaphore horrifique au climat d'angoisse oppressant et au suspense intelligemment entretenu, The Hole renoue modestement avec le genre fantastique sans daigner transcender son thème éculé. L'humanité attachante des protagonistes juvéniles et la réalisation adroite de Joe Dante, toujours assidu à nous façonner un univers surnaturel immersif, renvoient au cinéma artisanal des eighties en combinant légèreté et horreur des situations. 

Dédicace à Gérald Giacomini et François Most
07.08.12. 2èx (25/11/10)
Bruno Matéï

Aucun commentaire:

Publier un commentaire