mercredi 6 janvier 2016

SHREW'S NEST

                                                                 Photo empruntée sur Google, appartenant au site trendsetter.blogs.elle.es

"Musarañas/Sangre de mi sangre" de Juanfer Andrés et Esteban Roel. 2014. Espagne. 1h32. Avec Macarena Gómez, Nadia de Santiago, Hugo Silva, Luis Tosar , Gracia Olayo , Lucía González, Carolina Bang, Tomás del Estal

Sortie salles Espagne: 25 Décembre 2014

FILMOGRAPHIE: Juanfer Andrés est un réalisateur espagnol. Esteban Roel est un cinéaste et acteur espagnol. 2014: Musaranas/Sangre de mi sangre 


Thriller psychologique aux confins de l'horreur, Musaranas porte la signature du duo ibérique Juanfer Andrés/Esteban Roel. Et on peut avouer que pour un premier essai, ces débutants parviennent haut la main à tailler sur mesure un suspense machiavélique autour des rapports dysfonctionnels entre deux soeurs cohabitant dans le même appartement. Alors qu'un homme grièvement blessé leur invoque secours au seuil de leur porte, Montse, l'aînée, choisit in extremis de lui prêter main forte. Rapidement avertie, la cadette, Nina, s'éprend d'affection pour l'inconnu mais se voit contrainte de lui rendre visite en cachette depuis l'autorité castratrice de sa frangine. Au fil de leur romance rendue secrète, le sort du blessé s'avère précaire sachant qu'aucun médecin n'est convoqué pour lui soigner sa jambe, quand bien même ses proches commencent à s'inquiéter de sa disparition.


Abordant les thèmes de la psychose, du conservatisme et de l'agoraphobie, nos cinéastes dressent avec efficacité le portrait névralgique d'une catholique terriblement aigrie à l'idée d'entretenir une relation amoureuse avec un mâle depuis son repli mental. Profondément vouée à l'amour divin, cette dernière entretient des rapports fanatiques au point d'inculquer à sa soeur une éducation de fer où la romance masculine n'a pas lieu d'être. Livrées à elles mêmes depuis la disparition de leurs parents, ces dernières cultivent des sentiments intenses de rancune et de jalousie névrosées qui ira crescendo au fil de leur discorde en chute libre. C'est ce que nous proposera vulgairement la seconde partie aussi débridée qu'éprouvante dans son lot percutant de revirements sanglants après nous avoir instruit du passé galvaudé de Montse. Bien que l'intrigue parfois prévisible cède aux situations éculées (on songe également à Misery mais aussi au chef-d'oeuvre Les Proies pour les rapports de soumission établis entre la victime alitée et la mégère), la manière habile dont les cinéastes nous informe des réminiscences des deux soeurs permet à l'action de mieux rebondir jusqu'au dénouement inopinément poignant. A titre annexe, le soin formel accordé à la photo et aux somptueux décors du huis-clos rétro permettent de nous immerger dans cette intimité familiale sous l'impulsion de comédiens alertes. Particulièrement Macarena Gómez (Dagon, Les Sorcières de Zugarramurdi) endossant avec une locution viscérale une mégère abusive accablée par le deuil et Spoil ! l'inceste. Sa posture malingre hantée par le démon paternel contrastant avec l'ébène de sa tenue vestimentaire. Fin du Spoil.


Efficace, captivant et haletant pour le portrait schizophrène qu'il expose adroitement et la tournure délirante des affrontements violents du second acte, Musaranas exploite les codes du thriller parmi l'atout d'une psychologie fouillée. Outre sa facture ludique constamment stimulante, cette série B est également rehaussée de l'interprétation hystérique de Macarena Gomez, de par l'intensité de son regard désaxé ! 

Dédicace à Karine.
B.M.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire